Ligne Maginot de Cattenom et environs

Accueil du site > Informations > Sentier pédestre > Sentier pédestre

Sentier pédestre

Un sentier pédestre actuellement en cours de réalisation permettra de parcourir le site et d’en découvrir les points les plus intéressants. La signalisation ne sera pas en reste puisque, aussi bien au niveau routier que le long du sentier, des panneaux ou panonceaux donneront toutes les informations nécessaires, itinéraires ou particularités concernant un point précis. Le projet de réalisation et le plan sont ci dessous :

L’ensemble de cet article relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Toute reproduction - même partielle et quel qu’en soit le format ou le support est strictement interdite sans autorisation écrite préalable

PROJET de CONSERVATION du PATRIMOINE et de DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE Création du Musée de plain air de la ligne maginot

<< Le circuit pédestre du saillant fortifié de la forêt de CATTENOM >>

Le GROUPEMENT des Associations de sauvegarde de la ligne Maginot souhaite s’associer au programme de développement touristique de la communauté de communes de CATTENOM et environs en soumettant un projet original de découverte de la ligne Maginot pour le grand public à partir d’un circuit pédestre à thème. La concrétisation de ce projet aura pour effet de consolider l’œuvre accomplie jusqu’à ce jour par le bénévolat associatif et d’ouvrir de nouvelles perspectives de développement.

1. Présentation du tissu associatif et des partenaires du réseau :

Les associations présentes sur le terrain sont a l’origine du projet qui a été élaboré en commun avec d’autres partenaires.

1.1 Les associations présentes sur le terrain :

Elles sont au nombre de trois et interagissent au sein du « Groupement des associations de la ligne Maginot de CATTENOM ». Elles sont désignées par les noms de code en usage pendant la guerre (A12, A15, A16). A ces dernières s’ajoute l’équipe de l’observatoire de BOUST. 1.1.1 A12 : « Conservation de l’ouvrage du Bois Karre et Histoire des fortifications de la ligne Maginot ». Créé en 1985, elle assure la sauvegarde de l’ouvrage du Bois Karre sis en forêt domaniale de Garche. L’ouvrage qui appartenait a l’Armée a été aliéné au profit de l’ONF qui est le nouveau propriétaire. L’ancienne emprise militaire de 12 hectares a été dépolluée en vue de l’aliénation. Les réseaux de rails et de barbelés qui entouraient l’ouvrage ont été enlevés pendant la guerre. L’association compte 101 membres cotisants. Le fort est visitable sur rendez-vous pour des groupes ne dépassant pas 10 personnes . 1.1.2 A15 : « Site fortifié du Bois de Cattenom ». L’association créée en 1987 compte une trentaine de membres et gère plusieurs ouvrages : le gros ouvrage du Galgenberg, l’abri de Cattenom, la Casemate du Sonnenberg et l’observatoire de Cattenom. Le Galgenberg est ouvert à la visite sur réservation pour les groupes toute l’année et en saison, d’avril à Octobre les 1er et 3eme dimanche à partir de 14h pour les individuels et les groupes . La commune de Cattenom est propriétaire de l’abri et de l’observatoire et devrait acquérir prochainement le Galgenberg qui fait l’objet d’une procedure d’aliénation . 1.1.3 A16 : « Association du fort de Sentzich ». L’ouvrage est la propriété de la commune de Cattenom. Depuis 1986 le gardiennage et la conservation du fort a été assurée par une personne bénévole avec l’accord de la commune. « L’association du fort de Sentzich » a pris le relais en 2000. Elle compte une dizaine de cotisants. L’ouvrage est situé en bordure de la D1 qui relie Cattenom à Mondorff. Facilement accessible il est visitable sur rendez-vous par des groupes ne dépassant pas 10 personnes. 1.1.4 Observatoire de Boust : Sous l’égide de la commune de Boust qui est propriétaire de l’ouvrage une équipe réduite de trois personnes bénévoles assure la conservation de l’ouvrage depuis 1998. L’ouvrage est visitable sur demande.

1.2 Les Partenaires extérieurs

La FASF : « Fédération des associations de sauvegarde de la fortification »qui fédère une trentaine d’associations réparties dans le Nord et le Nord-Est du pays. Le club Vosgien : qui se charge de la partie technique du dossier : tracé , balisage, démarches administratives , etc... Moselle River 1944 : souhaite prolonger les actions et le travail de mémoire réalisés lors de la commémoration du 60ième anniversaire de la libération en créant un chemin de mémoire de la libération de Verdun a St-Avold. La forêt de Cattenom qui a servi de base de concentration à la 90eme DI US en octobre 1944 avant le franchissement de la Moselle , serait inscrite dans ce chemin. L’ANACLM : « L’association nationale des anciens combattants de la ligne Maginot » qui défend la mémoire des troupes de forteresse dans les combats de 39-40. Les Cafetiers - Hôteliers – Restaurateurs (CHR) de Thionville et environs : Les CHR reçoivent régulièrement des demandes individuelles ou de petits groupes de personnes qui désirent visiter la ligne Maginot . Ils déplorent l’absence de réceptif pour traiter ces demandes aussi bien pour fournir de l’information que pour les satisfaire. Ils cherchent d’autre part a développer une clientèle alternative pour compenser la réduction de la plage de fréquentation consécutive à l’application des 35h de la clientèle d’affaires. Ils observent en effet une évolution de la tendance avec une concentration des réservations sur les quatre premiers jours de la semaine du lundi au jeudi au lieu du lundi au vendredi comme précédemment. Les demandes qu’ils reçoivent proviennent en majorité d’une clientèle internationale. Ils estiment qu’elles devraient s’accroîtrent en 2007 avec l’arrivée du TGV.

2. Etat des lieux :

2.1 Situation géographique :

Le circuit est entièrement implanté en forêt et chevauche la domaniale de Garche et la communale de Cattenom. Ce massif forestier occupe une position centrale au sein de la Grande Région (SAR, LOR, LUX, Rhénanie, Wallonie.) qui forme une zone de chalandise avec un potentiel de 12 millions d’habitants. Les accès routiers se font par la D1 qui relie CATTENOM à MONDORF-les-Bains ou par la D57 qui dessert BOUST et RODEMACK. Deux sorties d’autoroute sur l’A31 permettent l’une de se rendre à CATTENOM en empruntant la voie de contournement de Yutz à la hauteur d’Illange l’autre de rejoindre BOUST en utilisant la sortie de KANFEN. Deux autres points sont à considérer :
- la gare de Thionville proche de 7 km qui sera desservie par le TGV en 2007
- l’aéroport du Luxembourg situé à 25 km et à 1 heure d’avion des grandes plate-formes aéroportuaires de FRANCFORT, PARIS et BRUXELLES.

2.2 Inventaire sommaire des ouvrages de fortification visibles sur circuit :

L’ensemble est caractéristique de ce qui a pu être construit sur la ligne Maginot. On y découvre la gamme complète des organes de la fortification permanente : ouvrages d’artillerie, d’infanterie, abris, observations, chambres de coupures. Ces types d’ouvrages très sophistiqués sur le plan technique furent réalisé dès le temps de paix par des entreprises civiles conformément aux plans du Génie. A ces constructions puissantes se superpose un éventail complet de fortifications de campagne en dur construites par la main d’oeuvre militaire pendant le temps de crise et surtout pendant la drôle de guerre.

2.2.1 Les ouvrages de fortification permanente :

- Les ouvrages implantés sur la ligne principale de résistance (ligne de feux) : en allant de l’Ouest à l’Est on trouve : * L’observatoire de Boust de type à vision directe et périscopique * La casemate d’infanterie du ravin de Boust * Le petit ouvrage d’infanterie du bois Karre * Le couple de casemate d’infanterie de Basse Parthe * La Casemate d’Artillerie de flanquement du Gros ouvrage du Kobenbusch * La tourelle d’Artillerie de 135 mm du Gros ouvrage du Galgenberg * Le bloc observatoire et d’infanterie du Galgenberg à vision directe et périscopique * Le petit ouvrage d’infanterie de Sentzich accessible en voiture à partir de la D1

- A l’arrière de la ligne principale de résistance se trouvent les organes liés à l’infrastructure logistique et de soutien. * L’observatoire de Cattenom : observatoire permanent à vision périscopique * L’abri de surface du Rippert * L’abri de surface de Cattenom * Les entrées Munitions et Hommes des gros ouvrages du Kobenbusch et du Galgenberg. Entrées munitions en puits de type A ravitaillée par voie ferrée militaire de 60 cm au Kobenbusch ; entrée de plain-pied de type B ravitaillée par camion au Galgenberg. * Les chambres de coupures : 2 chambres de coupures sont visibles sur le circuit. Elles constituaient les éléments de base du réseau de communications téléphoniques enterré qui reliait les ouvrages entre eux, avec l’arrière et les troupes de campagne.

2.2.2 Les constructions de type fortification de campagne en dur : on les retrouve pour la plupart sur la ligne principale de résistance dans les intervalles entre les ouvrages de fortification permanente et à l’arrière de la position où ils verrouillaient les carrefours des routes militaires qui desservaient le front fortifié. De conception sommaire, moins puissants ils se présentent sous la forme de petits blockhaus abritant un armement d’infanterie, mitrailleuse ou pièce antichar, ou encore, élément plus rare, sous forme d’emplacement pour tourelle démontable de mitrailleuse. A ces organes de feux s’ajoutent une gamme variée d’observatoires et d’abris et même des constructions inachevées le tout étant relié par un réseau de tranchées encore apparentes.

2.3 Infrastructures existantes :

Il n’y aura aucun chemin à réaliser le circuit n’emprunte que des chemins qui existent déjà. Sur 20 km que compte le tracé, 14 se confondent avec les anciennes voies militaires empierrées et 6 avec des chemins de forêt.

2.3.1 Le circuit pédestre des fortifications du groupement : Un circuit de 12 km entre l’ouvrage du Galgenberg et l’ouvrage du Bois Karre à été balisé (balisage rouge) avec l’autorisation de l’ONF et des communes et inauguré lors des journées du Patrimoine en septembre 2003. Neuf km de ce circuit pourront être réutilisés comme variante plus courte du circuit projeté avec une valeur muséographique suffisante.

2.3.2 Les aires de stationnement des véhicules : Deux aires de stationnement existent aux deux extrémités du circuit. Elles constitueront les deux points d’accès et d’entrée. La première près de Sentzich est le parking situé devant l’entrée des munitions du Galgenberg. Le second est celui de la base de loisirs de Boust au Weiherchen. D’autres aires secondaires de stationnement sont greffées sur le circuit et peuvent aussi être utilisés : celles du lac du Mirgenbach, du Pavillon de Chasse et du Bois Karre et du parc aventures.

3. Le saillant fortifié de la forêt de Cattenom :

3.1 Configuration :

Les lisières septentrionales des forêts domaniales de GARCHE et communale de CATTENOM dessinent un saillant dont la pointe Nord est constitué par le KOBENBUSCH avec comme angle d’épaule gauche le Bois Karre au Nord-Ouest et le Galgenberg comme angle d’épaule droit au Nord-Est. Le tracé de la ligne Maginot implanté en lisière de ces forêts épouse étroitement les contours du saillant.

3.2 Historique de la genèse du saillant fortifié :

Le tracé de la position de résistance en rive gauche de la Moselle entre CATTENOM et la région de KANFEN a été problématique. Il a mis aux prises les plus hautes autorités politiques et militaires de l’époque. Les divergences apparues au sein du Haut-Commandement durent recevoir l’arbitrage du Ministre de la Guerre (cf. Historique de la Genèse du Saillant fortifié en Annexe).

3.3 Valeur didactique et pédagogique :

La région fortifiée de METZ était la pièce maîtresse de l’organisation défensive des frontières de 1939. De tous les secteurs fortifiés de la ligne Maginot, celui de THIONVILLE qui avait pour vocation de barrer la vallée de la Moselle, était le plus puissamment fortifié. Il s’étendait de l’ouvrage de ROCHONVILLERS à l’ouvrage du BILLIG près d’OUDRENNE. Contrairement à d’autres fronts qui ne furent pas exécutés complètement ou conçus à l’économie, le saillant fortifié de la forêt de CATTENOM, pierre angulaire de la défense du secteur fortifié de THIONVILLE, comporte tous les organes permanents qui constituaient un front fortifié conformément aux idées de la CORF. La concentration de ces organes dans un espace relativement restreint leur confère une grande valeur didactique constitutive du musée de plein air de la ligne Maginot. Le circuit pédestre sera le vecteur d’accès et de lisibilité de cet ensemble patrimonial. Le visiteur pourra localiser et identifier les différents composants du système. En percevant leur distribution dans l’espace, il sera à même de comprendre leur interaction. Aucune visite ponctuelle d’un ouvrage ne peut à elle seule fournir une clef de compréhension de ce système de fortifications.

4. Les étapes du programme d’aménagement :

4.1 L’implantation du circuit pédestre :

La configuration du site en centre de vision et d’interprétation de la Ligne Maginot est le préalable indispensable à tout développement touristique ultérieur. 4.1.1 La sécurité : elle devra faire l’objet d’une étude particulière et être mise en place avant toute ouverture du circuit au public. Elle portera essentiellement sur deux points : d’une part la prévention des chutes de hauteur à partir des dalles de ciel des ouvrages et les chutes dans les fossés diamants et d’autre part la sécurité des points de passage aux abords des réseaux de barbelés. Il s’agira pour prévenir les chutes de poser des gardes corps avec un grillage et de sécuriser les points de passage des réseaux en enlevant les ardillons et en matérialisant les limites du réseau avec une peinture fluo. Ces travaux auront pour effet positif de sécuriser des endroits déjà accessibles au public comme les blocs d’entrée du KOBENBUSCH par exemple et d’améliorer la sécurité des ouvrages gérés par les associations. La mise en sécurité des passages de réseaux de barbelés pourrait être confiée au associations en revanche la pose des gardes corps devra être faite par les entreprises civiles. L’ensemble à poser représente un linéaire de 400m environ. Une commission chargée de la mise en oeuvre de la sécurité devra être instituée pour établir un descriptif précis des travaux à effectuer et en évaluer le coût.

4.1.2 Débroussaillement : des opérations de débrousaillement sont nécessaires pour mettre en valeur certains ouvrages en particulier les blockhaus et autres éléments de fortification semi-permanente. Les associations sous le contrôle de l’O.N.F pourraient prendre en charge ces travaux.

4.1.3 Le balisage : le tracé a été étudié par les associations de sauvegarde et reconnu sur le terrain avec le club vosgien. Ce dernier est chargé de porter tout le dossier administratif et technique relatif au tracé et à l’implantation du circuit et d’effectuer le balisage. Deux sites d’un intérêt primordial doivent être intégrés au circuit. Le premier est le bloc observatoire du Galgenbeg. Il s’agit d’un des plus beaux observatoires de toute le Ligne Maginot y compris de la fortification alpine du Sud Est. Il procure un point de vue remarquable sur la vallée de la Moselle et sur les crêtes de la rive droite sur lesquelles sont implantés les forts, en particulier les ouvrages du Métrich et du Hackenberg. L’ouvrage du Galgenberg dont l’aliénation est en cours appartient toujours au domaine militaire. Avant que le dossier d’aliénation ne parvienne à son terme, une autorisation spéciale de parcours devra être obtenue de l’Autorité militaire. Le deuxième site est le Bloc N°7 du Kobenbusch. Il s’agit d’une casemate d’Artillerie. Du type casemate de Bourges, elle abritait trois pièces de 75mm qui flanquaient la vallée de la moselle en croisant ses tirs avec son homologue de l’ouvrage du METRICH en rive droite. La présence de cet organe à l’architecture typique est utile pour visualiser spatialement les appuis feux d’artillerie de flanquement et en assimiler le principe. Il en va de même des feux d’infanterie de flanquement dont le système sera aisément compris pour un visiteur se déplaçant entre le couple de casemates de Basse–Parthe et le Bois Karre. Cette possibilité pour un nom initié de comprendre la notion de flanquement sur laquelle repose en grande partie toute l’organisation des feux d’infanterie et d’artillerie de la Ligne découle directement de la valeur didactique et pédagogique du circuit. L’autorisation pourra être délivrée par la commune de CATTENOM qui est propriétaire du KOBENBUSCH. Un autre point à consolider est le franchissement en deux points de la D58 qui relie CATTENOM à PARTHE. Les deux passages devront être sécurisés notamment par une signalisation approprié. D’autre part le franchissement de la route en lisière du Bois du Kobenbusch vers les casemates de Basse – Parthe pose quelques difficultés en raison des glissières de sécurité implantées à cet endroit. Des nouveaux travaux de voiries sont programmés pour l’élargissement de la chaussée sur ce tronçon. A cette occasion un aménagement pour le passage des piétons à été demandé par le club Vosgien au Commissaire Enquêteur en mairie de Boust.

4.1.4 La signalétique : les critères environnementaux notamment sylvicole et cynégétique de l’espace parcouru nous conduisent à veiller à la mise en place d’une signalétique la plus discrète possible. Aux deux points d’accès du circuit il sera nécessaire de poser un panneau indiquant le plan du circuit avec toutes les informations utiles au visiteur.Sur le reste du parcours, outre le balisage, une simple numérotation des différentes organes et ouvrages suffira. La signalétique devra par suite faire l’objet d’une étude spéciale pour en déterminer les modalités et le coût.

4.2 Promotion et développement touristique

4.2.1 Echantillonnage et développement touristique : l’aménagement dans un cadre sylvicole d’un circuit pédestre de 20 km déclinable en deux sous circuits de 8 et 12 km, enrichit l’offre existante dans le domaine des loisirs et de la détente. Un des premiers effet sera de développer le flux des amateurs de marche en provenance des communes avoisinantes et de l’espace urbain thionvillois. Le circuit projeté se greffe sur deux autres circuits préexistants. Le premier d’un développement de 8,5km (balisage anneau bleu) est le circuit communal de BOUST autour de la base de loisirs du WEIHERCHEN. Le second d’une longueur de 11km (balisage anneau rouge) a été réalisé par le club Vosgien. A l’heure actuelle on observe déjà une fréquentation régulière de certains chemins indépendamment de toute connotation historique et patrimoniale et bien que certains endroits des voies empruntées ne soient pas sécurisés. Le caractère thématique du circuit gènére une plus value culturelle susceptible de drainer un public de diverses origines géographiques nationale et internationale en fonction de la promotion qui en sera faite.

4.2.2 Les actions de promotion :
- Dépliant touristique : il apparaît comme le moyen indispensable pour diffuser l’information au plus grand nombre. Il est souhaitable qu’il soit traduit dès le départ en Anglais et en Allemand, et de déterminer les canaux les plus pertinents pour sa diffusion.
- Site internet : la création d’un site internet qui présenterait le circuit reste un des meilleurs moyens d’information tant sur le plan national qu’international avec l’avantage de pouvoir en réactualiser le contenu autant que de besoin. La création et la gestion du site pourrait être assumée par le groupement.
- Support pédagogique : pour drainer le public scolaire la mise au point d’un document présentant la valeur pédagogique du circuit s’impose pour intéresser les enseignants.
- Animations ponctuelles : les manifestations type “parcours du cœur” sont de nature à faire connaître le circuit pédestre. A cet égard il s’avérait utile de monter annuellement ou pluriannuellement une manifestation d’ordre événementiel. Une première action pourrait être envisagée autour d’une inauguration officielle.
- Mise en réseau avec des chemins de mémoire : * Le chemin de grande randonnée de la ligne Maginot : ce chemin doit parcourir le front fortifié dans le Nord Est du Rhin au petit ouvrage de la Ferté dans les Ardennes. Un premier tronçon à été réalisé du Mémorial de MARCKOLSHEIM en Alsace à l’ouvrage du Simserhof à Bitche. Le club Vosgien sous l’égide du CDT étudie le prolongement du chemin de grande randonnée de Bitche à Longuyon. Le passage par la forêt de Cattenom à été retenu. * Le projet de Moselle River 44 : pour pérenniser la commémoration du 60ème anniversaire de la Libération de la région de Thionville l’association Moselle River 44 compte déposer un projet de chemin de mémoire sur la Libération. Il rallierait Verdun à Saint-Avold en empruntant les voies de la liberté. La forêt de Cattenom qui a servi de base de concentration à la 90ème DI US avant le franchissement de la Moselle est inscrite sur cet itinéraire.
- Le respect du droit de chasse : l’accès au circuit étant libre, sa fréquentation et l’organisation de manifestations ponctuelles ne doivent en aucun cas gêner ou entraver l’exercice du droit de chasse. Les détenteurs de ce droit pourront toujours prendre toute mesure pour, en cas de battue, interdire l’accès à toute partie du circuit en vue de garantir la sécurité. L’organisation de manifestations ponctuelles devra tenir compte du calendrier des battues et se faire dans le respect du droit et avec l’accord des parties concernées.

4.3 La création d’un produit touristique :

Les ouvrages de la Ligne Maginot du Nord–Est attirent en moyenne 200 000 visiteurs par an. La plus grande partie de cette clientèle est composée par des groupes d’autocaristes qui effectuent une visite d’une durée moyenne de deux heures. Cette fréquentation touristique qui a pris naissance depuis près de 30 ans dans notre région (cf. Le Hackenberg) ne se dément pas et à tendance à s’accroître. Elle révèle un changement au niveau de la demande qui, à côté des destinations classiques et du tourisme de masse, privilégie de plus en plus des offres alternatives avec des courts séjours à caractère culturel pour découvrir des sites à forte connotation patrimoniale et historique. Le musée de plein air de la Ligne Maginot qui constitue un territoire de découverte lié à l’Histoire et à la Mémoire est susceptible de s’inscrire sur ce segment du marché touristique. A cette fin plusieurs conditions doivent être remplies : 1- La première est le maintien du bénévolat associatif pour assumer le gardiennage, l’entretien et la conservation des ouvrages. 2- La seconde est la professionnalisation de l’accueil et des vistes par la création et la formation de guides bi ou trilingues capables de répondre à la demande. 3- La troisième est de déterminer les investissements à réaliser dans les ouvrages pour en faire un produit touristique d’appel. Si les associations ont des propositions à faire valoir en ce domaine il s’agit en fait de politique touristique qu’il appartient à d’autres instances de décider.

Pour conclure la réalisation d’un circuit pédestre à thème en forêt de Cattenom présente un intérêt majeur pour la conservation du patrimoine fortifié de notre région. Nulle part ailleurs le front fortifié ne présente autant d’éléments patrimoniaux dans un espace aussi restreint. Cette caractéristique fonde la grande valeur muséographique du site de la forêt de Cattenom.

Outre sa valeur intrinsèque il est susceptible d’une exploitation touristique ultérieure sous réserve d’effectuer les investissements nécessaires au niveau de l’accueil des ouvrages.


RSS | Plan du site | Contact | © 2017 association Ligne Maginot de Cattenom et environs
Les photos sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Toute reproduction totale ou partielle est interdite sans l'accord des auteurs.